Recherche dans les pages par mots-clés...?

vendredi 6 avril 2018

Jacques Higelin, 77éme printemps d'un poète


Puisque te v'la parti au paradis d'l'accordéon...
photo non créditée-Éditions Musicom-1991
 du piano, de la gratte & du banjo...
Puisses-tu rejoindre ces musiciens et écrivains dont tu avais su élargir leurs cercles d'attention en t'en inspirant, t'en emparant...ouais!
Puissions-nous t'écouter encore & toujours, prodigieux auteur-compositeur-interprête, à la culture si riche, l'intelligence si malicieuse et la générosité si touchante...

Je fais le lien avec cette dernière en me remémorant sa venue à Agen en 1997, pour se donner en concert, en soutien avec le Théâtre du Jour.
Pierre Debauche, son créateur, avait appelé l'ancien Perdican de son Musset monté à Bruxelles à la fin des années soixante, et qui, fort de cet heureux souvenir, avait répondu présent...naturellement! Cette semaine de juillet 97 fut un bel échange entre les jeunes gens que nous étions, la jeune Izïa, la féline Aziza, la plus que réjouie Zabo, la groupie Sophie Jourdan & les Maestri Jacques Higelin, Pierre Debauche, Robert Angebaud & Daniel Mesguich. Nous fûmes ensuite un peu familier, te voyant ci-et-là, buvant du champ' dans des verres à moutarde "Mangas" chez Brigitte & Areski, goûtant des glaces "Berthillon" en bord de Seine, buvant un coup avec Renaud dans un "Magic Mirror" de festival...
Tous ces bons souvenirs associés à ton répertoire intense nous rend la vie plus légère parce que débarrassée de ses scories, purifiée de ses inepties, purgée de ses flatulentes effluves émises par la suffisance, allégée enfin par l'amicale pensée sans qui la solitude pèserait trop lourd...
Bon envol Jacques!

dimanche 24 décembre 2017

Pierre Debauche 1930-2017

 Un jour de décembre 1993, Agen.
-Que pensez-vous trouver en venant ici, dans cette académie?
-A orienter ma vie...à me former, me rencontrer, me discipliner...pour m'évader.
-On cherche à s'évader quand on est ou se sent privé de liberté...vous êtes bien jeune et ne semblez pas entravé de quelque manière que ce soit?
-Aux âmes bien nées, la liberté n'attend pas le nombre des années!

Cher Pierre,
Je n'ai pas pu parler trop longtemps, lors de notre dernière entrevue en juillet 2016 à l'occasion d'une projection de la captation par Raoul Sangla de ce formidable Roi Lear dont vous incarniez la grandeur & décadence, dix ans plus tôt.
Les mots ne venaient pas ou plus...
J'ai eu un sentiment bizarre en voyant sur l'écran, le comédien qui me fascine depuis que je suis rentré dans votre école puis compagnie & l'homme engoncé dans un fauteuil trop capitonné...trop accueillant...trop écarlate. Dix années cruelles étaient passées.
La camarde faisait son lit...tirant vers le sol, les Hommes droits, l'homme qui marche.
Je me souviens alors avec délectation de ces minces banquettes et chaises de pailles, où nos aimables fesses de spectateurs du Théâtre du Jour, oubliaient leurs peines tant le spectacle était pur, frontal & apaisant. Nous nous tenions droits dans nos colonnes vertébrales, les sens en éveil, disponibles pour le bon pain que l'on partageait.
Pierre, janvier 2014, Théâtre du Jour, soleil & projos à égalité.
Françoise Danell, à qui je pense fort en ce moment, était bien sûr présente, à votre écoute, à vous aider pour vous déplacer...pour vous rassembler. Les fidèles Robert Angebaud et Philippe Violanti étaient à vos côtés, solides soutiens. J'aurais voulu vous dire simplement que je vous dois tant...autant sinon plus que ce que je dois à mes parents.
Vous avez ouvert tant de portes que je croyais murs...à moi comme à tant d'autres.
Je suis triste maintenant et je pleure sur mon clavier.
Mais ne faut il pas faire-son-deuil comme on dit...
Je pleure votre disparition physique.
Pour le reste, ma bibliothèque est fournie, mes souvenirs aussi.
J'espère que vous n'avez pas souffert & que cette mort fut délivrance si tel fut le cas.
Cher Pierre, je vous embrasse & vous relâche...
Stan.

lundi 6 novembre 2017

Vu en flanant...

Petite fantaisie de Timothé Le Boucher...

Vitrine La Goutte d'Or_J'aime le spécial"prise de poids"

Bd des Itali ns_Hommag  à l'aut ur d  La Disparition